Espace Presse



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès presse

Espace Artiste



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès artiste

Eléonore False

Du Jeudi 1 Juin au Mercredi 6 Septembre 2017


Présentation

Au départ Eléonore False sélectionne des images, qu’elles soient magiques, symboliques ou symptomatiques. Elle viennent rencontrer ses propres rites, liés à sa mémoire, à son plaisir, à son époque et à son rapport aux images. Ces images d’archives sont chargées historiquement : elles sont des traces d’activité humaine, d’histoires, de pratiques qui viennent alimenter les fictions qu’elle imagine à partir de ces mêmes images. Ainsi, sortant les documents de leur contexte d’origine pour les faire dialoguer avec sa pratique, elle extrait, découpe, incise, sépare, agrandit, réduit, plie, met à mal les images. C’est par ces moyens plastiques qu’elle redonne une forme de vie aux documents. 
Une fois cette première relation aux images établie, elle exploite ensuite divers matériaux et collaborations : impressions, collage, céramique, tissage, mise en volume. Autant de gestes qui sont en étroite relation avec les projections qu’elle se fait. Dans ses œuvres, puis avec son propre corps dans l’espace de l’atelier, elle effectue des recherches sur les échelles des pièces et leur perception dans l’espace. Les traces d’activité humaine sont au coeur de son travail car elles sont traduites par l’artisanat, les arts décoratifs, les pratiques corporelles telles que le tatouage, les peintures sur le corps, les ornements, l’architecture... Aussi l’imaginaire est-il essentiel dans son processus créatif : il guide ses choix plastiques et forme un dialecte intuitif.

Projet de résidence 

Pour la première fois dans sa pratique, Éléonore False souhaite constituer une matière sonore et textuelle, par l’enregistrement de témoignages. A Lindre-Basse et aux alentours, elle enregistrera des descriptions de douleurs localisées pour répertorier ce qui apparait lorsque l’on sent son corps de manière amplifiée ou inhabituelle. La douleur est un des points d’entrée de connaissance de son corps et de sa description. Cela poursuit sa recherche sur la mise en image d’un corps.

Elle souhaite également créer un ensemble de sculptures biomorphiques à partir de réactions formelles et chorégraphiques. Il s’agira pour elle de penser des formes fragmentaires, irrégulières aux contours souples et « porteuses d’associations physiques autant que psychiques* ». Elles pourront être lues autant comme des analogies avec le vivant que comme une vision morcelée du corps, impossible à unifier. Des liens se font entre le processus de la création du verre et le biomorphisme : le moment de la coupe du cordon ombilical se rapproche formellement de la coupe de la matière en incandescence du verre lors de la création de formes. Ces recherches lui permettrait de rendre visible ces correspondances. Pour cela, et dans la poursuite de son intérêt pour certaines pratiques artisanales, elle souhaite effectuer une collaboration avec un souffleur de verre dans la région autour de certaines pièces qui auront été pensées dans le temps de la résidence.

*Le cercle et l’Amibe, Guitemie Maldonaldo, édition de l'INHA

 

Le programme de résidence d’artistes est organisé en collaboration avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la commune de Lindre-Basse.

Éléonore False (1987) est une artiste française, diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et d'Olivier de Serres à Paris. En 2012, elle a passé plusieurs mois à la Fondation Alvarez Armando Pentaedo à Sao Paulo, avant d’effectuer des résidences à la Source en 2013, puis à Triangle France à Marseille en 2014. En 2016, elle a effectué un voyage de recherche et de production de tissages au Mexique. Elle a participé à plusieurs expositions collectives, notamment Ne trébuchez pas sur le fil...!, par Triangle France à Paris, Scroll infini au CAC La Galerie de Noisy-le-Sec, de leur temps à l’IAC, Villeurbanne, Cool Memories à l'espace Occidental Temporary ou encore Le nouveau monde industriel aux Moulins / Galleria Continua. Dans le cadre d’expositions personnelles, elle a également investit la Project room du Musée régional d'art contemporain de Sérignan, Il suffit de son bras soulevé pour arrêter et faire reculer le soleil et le Belvédère du Palais des Beaux-Arts de Paris, avec l’exposition Quoi cela ne s’était pas encore matérialisé en mots. En 2016, elle a bénéficié de plusieurs expositions personnelles, NO DIVISION NO CUT  au Musée expérimental El Eco à Mexico, Draw my breath à l’espace d’Art Glassbox, ainsi qu'Open room, om-thé-tue-eint-agit au Kunstverein Hannover en Allemagne.