Espace Presse



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès presse

Espace Artiste



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès artiste

Louise Siffert

Du Samedi 1 Septembre au Vendredi 30 Novembre 2018


Louise Siffert réalise des performances au sein de dispositifs sculpturaux qui autorisent la manipulation d’objets comme supports pour raconter des histoires. Si tout ce qui s’y dit est vrai et relève du bon sens, le ton décalé, légèrement professoral ou volontairement naïf, renforce lecaractère absurde de ses développements logiques.
Dans le Centre des Organisations Positives ses analyses de situation sont calquées sur les théories contemporaines du management et, particulièrement, sur la pyramide de Maslow, du nom de ce sociologue américain célèbre pour son schéma de hiérarchisation des besoins, ayant servi aussi bien au marketing qu’à la gestion des ressources humaines. 
Si l’esprit et les références sont récurrents dans son travail, il change de registre et de sujet à chaque projet, incluant le public via des performances collectives, des mises en scène avec interprètes ou des démonstrations du type « physique amusante ». À partir de recherches sur des phénomènes plus ou moins scientifiques, sa pratique relève du partage de connaissances, mais transformées et dévoyées. Dans son Centre des organisations positives, un bureau performatif autour duquel différentes personnes peuvent prendre place. Bien-être, motivation au travail, développement personnel, sont au coeur de cet espace d’échange. Cette entreprise fictive de coaching mime avec malice l’univers de la bureautique, qui, sous son allure pacifique et cosy, est aussi vecteur d’angoisse et de violence. Cette esthétique tertiaire adresse une discrète critique aux économies dématérialisées du savoir, qui envahissent
aujourd’hui le monde de l’entreprise, mais aussi celui de l’art – les deux domaines partageant de plus en plus les mêmes idéologies, pour ne pas dire les mêmes formes. Appendices du capitalisme tardif, ces discours psychologisants et moralement troubles, entre New Age et course au profit, sont replacés par Louise Siffert au coeur de leur vanité théâtrale, entre tragédie pathétique et comédie, en montrant comment l’exacerbation d’une positivité impérieuse tente de contrebalancer l’accroissement de la violence à l’oeuvre dans le monde économique.


Guillaume Désanges

 

Le programme de résidence d’artistes est organisé en collaboration avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la commune de Lindre-Basse.