Espace Presse



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès presse

Espace Artiste



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès artiste

Kévin Blinderman et Flora Citroën

Du Vendredi 1 Septembre au Jeudi 30 Novembre 2023


Le lieu de la synagogue de Delme renvoie Kévin Blinderman et Flora Citroën à leurs origines juives. Leur projet prend ancrage dans la symbolique du lieu, tant par son histoire que par sa sécularisation (en tant que centre d’art contemporain). Une double symbolique qui reflète en miroir leurs identités. Ils souhaitent entamer des recherches sur le lieu, sur son histoire et sur la communauté qui le constituait et qui a évolué au gré des aléas historico-politiques des XIXème et XXème siècles. Kévin Blinderman et Flora Citroën tireront les fils de cette Histoire locale pour tisser autour d’elle leurs fictions.

 

 

Le programme de résidence d’artistes est organisé en collaboration avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la commune de Lindre-Basse.

  

Après une licence à l’ENSAPC, Kévin Blinderman a entamé un master à la Bezalel Art Academy avant d’être diplômé de l’école d’art de Paris-Cergy en 2018. De 2020 à 2021, il participe au Berlin Program for Artists. En 2021, Kévin a également présenté sa première exposition personnelle au Confort Moderne, You’re the Worst suite à une résidence de six mois au centre d’art de Poitiers. Il obtient la même année une bourse de production avec Mécènes du Sud pour créer et présenter sa seconde exposition personnelle, The Solitary Hours of Night à la Friche Belle de Mai à Marseille à l’été 2022. Il a notamment exposé au Frac Ile-de-France, à la Kunsthalle de Berne, au KW Institute et au Berghain avec la collection Boros. Dans sa pratique, Kévin Blinderman orchestre des expériences physiques et mentales dans lesquelles des objets, des situations ou des personnages qui l’entourent transcendent leur fonctionnalité originale. Ses œuvres et expositions se composent comme des partitions, offrant une expérience performative au visiteur. En cela l’artiste rejoue et sur-joue les chorégraphies sociales qui définissent son environnement. Sa pratique offre une densité mélancolique et innovante aux cultures alternatives et ceux qui les incarnent. Il s’intéresse à ce qui s’exprime à travers elles, à leur rationalité concrète et leur poésie propre.

 

Flora Citroën a été diplômée de l’University of the Arts London en 2013 (LCC, BA in Cinema), avant d’intégrer l’ENSAPC où elle a obtenu son Master en 2018. Elle rejoint ensuite le programme doctoral de recherche et création RADIAN (2023-2026). Son travail a été présenté en France (aux Grands Voisins -Nuit Blanche, à la Fondation Fiminco, au Théâtre Municipal de Montreuil, au 65ème salon de Montrouge, à la galerie Bertrand Grimont, au centre d’art Ygrec, au Festival de Clermont Ferrand -web…) et à l’étranger (à Naples, à Mexico City, à New-York).
Ses textes sont régulièrement publiés ou réinjectés dans ses vidéos, ses installations, ses performances. Ces dernières années, elle s’est tournée vers l’écriture d’un roman: « Exposition », dont elle fait une publication en feuilletons multiformes. Idem pour son journal, qu’elle publie de manière fragmentaire dans différents contextes éditoriaux et artistiques. À l’intersection entre l’art et la littérature, elle utilise l’exposition comme support de publication. Elle conçoit sa Vie comme un matériau socio-émotionnel, à partir duquel elle produit des récits critiques et tendres: pour elle, la fiction répare le réel. Son travail traite des sujets de la valeur, de la création, de l’errance et de l’amour. Elle cherche régulièrement les limites de sa propre pratique -formelle et conceptuelle-, pour rompre ensuite avec elle. Elle performe ainsi une métafiction expérimentale visant l’idée qu’il y aurait toujours un ailleurs.