Espace Presse



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès presse

Espace Artiste



Contactez-nous si vous souhaitez obtenir un accès artiste

Floryan Varennes

Du Mardi 1 Septembre au Lundi 30 Novembre 2020


Les sculptures et installations d’une remarquable perfection formelle de Floryan Varennes, dégagent en tant que corpus, une étrange joute entre fascination et répulsion, absence de corps et présence physique imposante de part la préciosité de leurs matériaux, leurs modes d’accrochage et les symboles qu’elles convoquent. Mettant souvent en scène des armes de combats, des outils chirurgicaux ou encore du matériel de répression coercitif, ses œuvres s’engagent pleinement dans une représentation subjective de la violence. Non pour la dénoncer explicitement, mais davantage pour penser son intégration dans le corps comme discipline de vie, une manière d’apprendre à vivre avec pour mieux s’en défendre ou construire à partir des souffrances qu’elle cause physiquement ou psychologiquement. C’est ainsi qu’armures, boucliers côtoient scalpels, muselières, mais aussi lavande, minerve, tissus et autres matières douces, apparaissant comme pour apaiser et contrecarrer les supplices évoqués par les hérissements froids et métalliques de bon nombre de ses créations. Celles-ci figureraient alors une sorte de self-healing (auto-guérison) qui pourrait, somme toute, devenir la condition existentielle de l’être vivant contemporain, soumis aux plus perfides brutalités, celles qui ne font pas de bruit, qui ne disent pas leur nom, n’étant le fait de personne : une oppression flottante et durable sans origine notable.

La transparence à l’œuvre dans les créations de Floryan Varennes pourrait ainsi signifier cette violence diaphane désincarnée, que subissent paradoxalement tous les corps d’aujourd’hui en régime post-démocratique. Si la guerre n’est plus celle frontale du Moyen Age, - dans lequel l’artiste puise une importante somme de références théoriques, historiques et symboliques - elle est bien présente au travers de l’usage quotidien de nos récents dispositifs médiatiques, outils technologiques de communication, du travail déshumanisé, et des relations humaines/animales/végétales éclatées. Mais comment dès lors donner une forme, une présence à cette violence ? Peut-être en la traitant par l’inverse, à savoir la notion de care (soin) notamment lorsqu’il compose par le biais d’accessoires thérapeutiques bien connus pour servir, tant bien que mal, à faire triompher la vie. Le soin étant justement ce vers quoi l’artiste s’oriente dernièrement, surtout suite à une récente expérience de résidence en milieu hospitalier, d’où ressort la vulnérabilité des corps et des choses, comme en atteste son usage récurrent du verre, de lavande, de textile… Mais s’il a recourt au care, cette notion si dévoyée de nos jours, il ne s’agit pas ici de nier ou d’étouffer le mal, sans lequel il n’y aurait pas lieu de prendre soin. Floryan Varennes préfère souligner dans ses modalités de représentation que violence et « prendre soin » demeurent les deux faces d’une même réalité. Ses recherches se situent généralement entre deux concepts et laissent jouer cet entre-deux au sein de ses œuvres. Entre médiévalisme revisité et style rétrofuturiste, sexualité désinhibée et sacralité, on assiste chez Floryan Varennes à une Fantasy Queer évoquant une temporalité suspendue où la place de la violence, de l’amour, et la manière dont ces deux termes se rencontrent à la surface comme à l’intérieur des corps, restent encore à négocier.

À l’occasion de sa résidence à Lindre-Basse, Floryan Varennes a réalisé de nouvelles pièces en verre en partenariat avec le Centre International d’Art Verrier de Meisenthal, qu’il présentera lors de sa restitution. À celles-ci, s’ajouteront d’autres créations et installations expérimentées à l’atelier dans le but d’étendre son vocabulaire vers une vision idiosyncratique du care, au sein d’un monde actuellement en voie de re-mystification.

 

 

Les œuvres en verre ont été produites avec le soutien du CIAV - Centre International d'Art Verrier de Meisenthal. 

 

Le programme de résidence d’artistes est organisé en collaboration avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la commune de Lindre-Basse.

  

 

 
Né en 1988 à La Rochelle, vit et travaille entre Toulon et Paris. Au double cursus de plasticien et d’historien, il est ancien élève de l’école d’Art de Toulon (diplômé́ d’un DNSEP en 2014) et de l’Université́ Paris X (diplômé d’un Master d’Histoire Médiévale en 2020). Il commence un doctorat en Art et Science de l'Art à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles / Université Libre de Bruxelles en septembre 2020. 
 
Depuis 2015, il a participé à plusieurs expositions collectives en France et en Europe comme au Salon de Montrouge, à la Biennale des Jeunes Créateurs d’Europe et de la Méditerranée à Milan, au Voyage à Nantes, au Printemps de l'art contemporain de Marseille, aux Arts Éphémères, à Afiac, etc. Il est aussi lauréat du Prix Elstir pour l'Art contemporain. De plus, il a réalisé plusieurs résidences dont Pollen à Montflanquin, au Centre Hospitalier de Chambéry, Afiac au Musée des métiers du cuir de Graulhet et au Centre International d'Art Verrier de Meisenthal. Dans le cadre de plusieurs expositions personnelles, il montre ses travaux et recherches : Alter-Héraut au centre d'art d’Istres, Ultra-Lésion à la Galerie des Musées de Toulon, Hard-Care à la Galerie du Centre Hospitalier de Chambéry et Amor Armada au Musée des métiers du cuir de Graulhet. Il intègre en 2017, le Laboratoire de recherche Espace Cerveau à l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne. Il donne plusieurs conférences et workshops sur ses domaines de recherches et enfin, son travail plastique a été publié dans plusieurs revues dont Artpress, Kuba Paris, Le quotidien de l’art, AQNB, Numéro Art, Daily Lazy, Figure Figure, Libération, Point Contemporain, ArtHeboMedias, Art Sacré, etc.
Jeudi 12 Novembre 2020 - 16H00
Le centre d’art contemporain – la synagogue de Delme vous invite à l'ouverture d’atelier de l'artiste Floryan Varennes le jeudi 12 novembre de 16h à 19h au 10b rue des cigognes à Lindre-Basse. Réservation obligatoire au 03 87 01 43 42  ou info@cac-synagoguedelme.org   Les sculptures et installations d’une...

Lire la suite